Accueil > Mon village > Sentiers & Patrimoine > Sentier 5 : Du village au (...)

Sentier 5 : Du village au Mont Thou

Contenu de la page : Sentier 5 : Du village au Mont Thou

Descriptif du parcours :

Le départ se situe au centre du village, sur la place de la « République » (1) surmontée par les restes de l’ancien château fort.
Profitez de la magnifique vue sur Lyon avant de vous diriger vers le poteau « Victor Hugo » (2) qui prolonge le belvédère et vous conduit à la place « Général de Gaulle » (3), place commerçante du village.
Empruntez ensuite la rue Carnot qui monte en pente raide dans l’angle de la place et vous conduit jusqu’au poteau « Le Ferroux » (4). Poursuivez votre montée en tournant à droite rue du Ferroux, et suivez celle-ci jusqu’au prochain poteau « Place Lassalle » (5).
Sur la gauche de la place, empruntez la rue Jean Meunier, puis la route de Limonest jusqu’à son intersection avec la rue des Gasses. Engagez-vous rue des Gasses et passez devant le « Lavoir des Gasses » (6). Prenez ensuite la direction de La Jardinière. Traversez le chemin de l’Indiennerie et empruntez la rue de la Jardinière en tournant à gauche, poursuivez en remontant et tournez à droite. Traversez le hameau de la Jardinière en restant sur la rue de la jardinière, puis prenez à gauche chemin de la Roche. Au poteau « La jardinière » (7), prenez à droite le chemin du Bois de Pin qui monte jusqu’au poteau « Mont la Roche » (8).
Longez la route des Crêtes en direction du poteau Trêve de Loup et poursuivez votre montée sur celle-ci jusqu’au poteau La dent du Loup. Là empruntez sur la gauche un petit chemin qui vous conduit jusqu’au poteau « Mont Thou » (9).
Commencez votre descente par le chemin rural en contrebas du Mont Thou en direction du poteau La Crête, puis Chargeri. (Attention, pour la position de ces deux poteaux actuellement non posés, voir ci-après en fin de (9) la représentation de leur future position, et de la direction à prendre après ces poteaux)

Le retour s’effectue en empruntant le chemin à droite en direction du poteau Tupoly, puis La Corniche. (Attention, pour la position de ces deux autres poteaux, même remarque : voir ci-après en fin de (9)). Vous atteignez le chemin goudronné de Salagon qui vous conduit au cœur du « Hameau du Mont Thou » (10).
Quittez le hameau par le chemin qui monte en sous-bois et vous conduit à la « La Caborne d’Antoine » (11). Descendez en direction du poteau Grandes Terres et là empruntez à gauche la route de Saint-Cyr à Poleymieux jusqu’au poteau Route de Poleymieux. Rejoignez sur la droite le village par la route du Mont Thou, puis la rue Ampère jusqu’au poteau Les Brosses, puis « La Bussière » (12), et enfin Place Lassalle.
Quittez la place Lassalle en empruntant à gauche la rue Claude Fouilloux jusqu’à son intersection avec la route de Limonest que vous descendez jusqu’à la rue du Mont d’Or. Le parcours se termine en descendant « La rue du Mont d’Or » (13) qui vous ramène au centre du village, place « Général de Gaulle ». Rejoignez la place de la République en passant par la rue Victor Hugo.

1 – Place de la République
Poteau : « République »

Magnifique belvédère sur la ville de Lyon, créé en 1860 par le comblement d’un fossé à l’est et profitant du rocher faisant défense au sud, cette place aligne ses maisons contre l’ancienne muraille en contrebas des vieilles tours du château.
Cette place s’est transformée au cours du temps. En 1882 sont construits le kiosque pour le poids public et le bureau des voituriers ainsi que la bascule. En 1898, le tramway venant de Vaise y arrive et remplace la diligence. En 1950, il est remplacé par le trolleybus. Sur cette place en 1860 fut érigée la guillotine pour l’exécution des assassins des dames Gayet. Cette exécution a attiré une foule considérable montée de Lyon. En 1911, l’école communale du bourg a été inaugurée par le ministre des Travaux Publics, Victor Augagneur et le dynamique maire de Saint-Cyr, Auguste Gouverne.

2 - La rue Victor Hugo – Le village médiéval
Poteau : « Victor Hugo »

Selon le plan de 1735, c’était « l’ancien chemin du Château de Saint-Cyr à Couter », qui dominait le profond fossé bordant le château au sud, accentuant son aspect défensif.
Le cœur du village reprend exactement le tracé des murailles de la forteresse, sur laquelle les maisons s’appuient.
C’est aujourd’hui une artère commerçante avec une vue imprenable sur Lyon et Fourvière, au-dessus des toits des belles maisons vigneronnes (XVIe siècle) massées autour de la Place Saint Quentin où l’on accède par un escalier.

3 – Place Général de Gaulle- La veille tour
Poteau : « Gal de Gaulle »

Cette place, autrefois appelée place du Plâtre (1836) puis place de la Mairie, est dominée par la puissante Tour du Guetteur, haute de 21m, qui seule subsiste des cinq tours à mâchicoulis du château féodal du XIIe siècle. Ce château était constitué d’un quadrilatère d’épaisses murailles (le vingtain).
La place, aujourd’hui place Général de Gaulle et cœur commerçant du village, est bordée à l’ouest par la rue du Mont d’Or, ancienne « Grande Charrière » par laquelle transitaient les chariots de pierre destinée à la construction de Lyon.

4 – Rue Carnot- Le Ferroux

En montant l’ancienne « charrière froide » l’imposant portail en bois clouté du XVIIe s’ouvre sur l’ancien domaine Manissier, vendu et partagé vers 1840 entre l’actuelle maison Berliet et le couvent des Ursulines, devenu l’Ecole Nationale Supérieure de Police en 1944.
A l’angle du chemin du Ferroux (ancien territoire du Bois et de Ferroil), l’ancienne « croix du Bois » en pierre grise de Saint-Cyr est datée 1609. Non loin de là, se croisaient les vieux chemins venant l’un du Monteillier et l’autre de Chatanay au château de Saint-Cyr, tous deux bordés de vignes, dont celle de la cure de l’ancienne église.

5 – Place Lassalle - rue Jean Meunier
Poteau : « Place Lasalle  »

Le vieux quartier de la Croix des Rameaux rassemble ses maisons de carriers autour de l’ancien chemin de « Saint-Cyr à Poleymieux et à la Buissonière ». Des passages à l’arrière des maisons donnaient accès aux anciennes carrières de calcaire gris à gryphées, maintenant comblées. La fontaine Lassalle fut érigée en 1906 par don de Nicolas Lassalle, maitre-carrier et géomêtre.
La croix, dite « des Rameaux », bénie en 1791, fut le but de processions religieuses le jour de Pâques. Les maîtres tailleurs de pierre ont laissé ici des témoignages de leur art sur les linteaux de fenêtres et de portails, en gravant leurs initiales et les symboles de leur profession, ciseau et compas. Le long de la rue Jean Meunier, ancienne côte Pain, s’échelonnent les vieilles maisons de propriétaires de carrière de pierre grise.

6 – Rue des Gasses - Lavoir des Gasses

Les Gasses, qui signifient « lieux humides » nous mènent jusqu’au vallon du ruisseau Pomey, aujourd’hui canalisé dans son parcours supérieur. Son lavoir, dit de Talancy ou Talancieux, crée en 1855, avec son toit à quatre pans en impluvium (1879), fut utilisé par les lavandières puis par les blanchisseurs.
A côté du lavoir, était la ferme-laiterie de la Jardinière, construite en 1895 avec les pierres de démolition de l’usine de papiers peints de l’Indiennerie, « pension de famille, lait à toute heure, tonnelles, jeu de boules, balançoires... ». Elle devint un restaurant puis un dancing, elle est aujourd’hui rénovée en appartements.

7 – Hameau de la Jardinière
Poteau : « La Jardinière »

Le vieux hameau de la Jardinière (de Girardinière), déjà cité au XVe siècle, compte une douzaine de maisons de vignerons-carriers en pierre jaune, qui s’échelonnent de part et d’autre de la rue, parfois devant un front de carrière abandonné, autour du four à pain, des trois fontaines, du puits, de la bergerie et du cuvier.
Le portail de la Jardinière (1880) marque l’entrée d’un ancien domaine aujourd’hui morcelé ; de l’autre côté du domaine, près de l’ancien portail d’entrée en pierre jaune recouvert d’ une génoise, un petit oratoire est dédié à Notre-Dame de la Jardinière (1871) .

8 – Mont la Roche (529m)
Poteau : « Mont la Roche »

Un des plus longs chemins ruraux de Saint Cyr (1930 m), le chemin de la Roche (ou du Bois de Pin), bordé de murets en pierre jaune, jalonné de cabornes en pierre sèche (abris), de « chirats » (entassements issus de l’épierrement des champs), de bois et pâtures, ouvre sa perspective à l’est vers le Mont Cindre (469m), les Alpes et la ville de Lyon.
En direction du Mont Thou, la route s’ouvre à l’ouest sur un paysage de prés dédiés à l’élevage (vallon de Giverdy). Ce lieu bucolique, classé E.N.S. (Espace naturel sensible) rappelle que l’activité agricole se maintient grâce à la volonté des communes, regroupées en syndicat intercommunal. L’objectif est de faire coexister espaces agricoles et naturels aux cotés d’une urbanisation maîtrisée, favorisant ainsi la biodiversité et le développement d’une agriculture raisonnée. La quarantaine de producteurs locaux (élevage, viticulture, fruits et légumes, céréales) favorise les circuits courts et donne au massif une identité paysagère unique.

9 – Sommet du Mont Thou (609m) -
Poteau : « Le Mont Thou »

Vue panoramique sur Lyon, la plaine du Rhône, la plaine de la Dombes et le massif alpin.
Le massif du Mont d’Or aligne ses sommets calcaires : Mont Verdun, Mont Cindre, Mont La Roche, Mont Narcel, Mont Py, et Crêt d’Albigny.
Un espace public délimité de quatre hectares avec parking et table d’orientation a été installé par la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or et le Syndicat Mixte Plaines Monts d’Or en 2008.
Mont d’Or signifie « monts de l’eau » du celte « dwr » ( dour = eau) ; la présence celte est attestée au pied du Mont Thou ; la source du même nom, canalisée sous les Romains aurait pu donner son nom au lieu ( tou = tubus = captage).

Attention : Les poteaux directionnels « La Crète », « Chargeri », « Tupoly »,
et « Corniche » sur les communes de Poleymieux au Mont d’Or, Couzon au Mont d’Or, et Saint Romain au Mont d’Or, ne seront posés sur le terrain que fin 2017 ou début 2018.

Les photomontages ci-après vous indiquent l’emplacement de ces futurs poteaux, et pour chacun d’eux, la direction à prendre pour rejoindre le poteau suivant sur ce sentier.

Poteau « La Crète »

Poteau « Chargeri »

Poteau « Tupoly »

Poteau « Corniche »

10 – Hameau du Mont Thou
Poteau : « Hameau du Mont Thou »

L’ancien chemin de Pelossey (de « pelosse » =prunelle sauvage) nous amène à ce hameau installé sur un replat de la pente du Mont Thou ; sur le mur qui fait angle avec le chemin de Salagon, la croix en pierre grise offerte par le Sieur Cottier en 1759, gravée des instruments de la Passion du Christ, a été érigée pour protéger les habitants du hameau et les passants.
Avec sa fontaine, son lavoir et sa croix, le hameau surplombe les bois et carrières de Saint Romain et ouvre une perspective sur le plateau de la Dombes et le Jura.

11 – La Caborne d’Antoine
Poteau : « Caborne d’Antoine »

Les cabornes servaient d’abris pour les hommes et leurs outils près de leurs enclos, vignes ou pâtures. Dans les bois, deux cabornes dans un enclos bordé de murs en pierre sèche, ont été restaurées en 2015. La première inaugurée fut baptisée « Caborne d’Antoine » du nom d’Antoine Perrimbert, de Saint-Cyr.
C’est lui qui le premier avait entrepris le travail de restauration, dès 1996, avec Vincent Peytel, de Poleymieux. Ce travail marque le début d’une longue aventure, toujours actuelle, portant sur la restauration du petit patrimoine bâti du Mont d’Or, par trois associations dont « Cabornes et petit patrimoine » de Saint-Cyr.

12 – la Bussière – Canton-Charmant – la Thomacine
Poteau : « La Bussière »

Juste en-dessous de la Bussière, Canton-Charmant, anciennement quartier de carrières, est un petit hameau agréable à traverser avec ses maisons en pierre de pays, resserrées sur la rue, dont une à mur-pignon en « chapeau de gendarme ». Plus bas, le beau portail en bois de la Thomacine, daté 1763, est signé sur son linteau d’un entrelacs.
L’entrelacs ou « la(c)s d’ amour » symbolise les liens d’amitié indéfectibles entre compagnons. La famille Loras, dont est issu le 1er maire de Saint-Cyr, Jean Marie Loras (1736-1794), exploitait ici une carrière. Avant elle, le carrier Ponson obtenait en 1643 la concession de la source appelée « la Thomacine ».

13 - La rue du Mont d’Or

Autrefois appelée « Grande Charrière », les carriers l’empruntaient pour faire descendre les chariots attelés et chargés des pierres de Saint-Cyr jusqu’aux ports sur la Saône, à destination de Lyon.
De part et d’autre, les maisons se sont ensuite construites sur les anciennes carrières de pierre à gryphées*, comblées de terre et replantées en vigne au XVIIIe siècle.
Au début du XXe siècle, c’est devenu un quartier de commerçants et d’artisans où de nombreuses boutiques proposent leurs services (charcuterie, café, boucherie, marchande de chaussures, couturière, électricien, plombier, voiturier, brodeuse, etc...).
Gryphée : de gryphae = mollusque fossile du Jurassique.K.

Téléchargements

description complète Sentier 5 : Du village au Mont Thou septembre 2017 PDF - 4.1 Mo
Télécharger
Carte Sentier 5 : Du village au Mont Thou septembre 2017 PDF - 2.4 Mo
Télécharger
Tracé Sentier 5 : Du village au Mont Thou format GPX septembre 2017 GPS eXchange Format - 72.6 ko
Télécharger