Le cimetière Montluc

Contenu de la page : Le cimetière Montluc

Promenade à travers le cimetière de MontLuc à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or... Le cimetière de Montluc est toujours aujourd’hui un lieu de lumière largement ouvert sur le panorama lyonnais car la signification de son nom, Montluc = Mont de Lug, dieu celte de la lumière qui a donné son nom à la ville en contrebas, Lug-dunum, Lyon !

Lieu de déploration évité par les vivants, le cimetière est un lieu à l’écart. Il n’en a pas toujours été ainsi : autrefois les inhumations étaient librement pratiquées. Une importance sommaire était accordée à la dépouille humaine qui reposait souvent dans des enclos communs aux abords des églises et il en était ainsi à Saint-Cyr où l’ancien cimetière, cité par le curé Ranchon, se situait au pied de la vieille église.

A Saint-Cyr, les vignobles et vergers qui couvraient la belle colline de Montluc au sud du village vont disparaitre et celle-ci se couvrir d’un « affreux spectacle » d’excavations et dessouchages, pour laisser place au nouveau cimetière réclamé par l’ordonnance impériale de 1804. Les travaux démarrent, souvent avec réticence voire obstruction de la part des riverains, en 1854 et s’achèveront autour de 1930. La surface obtenue par le rachat successif de parcelles cultivées avoisine aujourd’hui les 10 000m2.

Les tombes répondent à une typologie spécifique voulue par l’époque, celle des « tombes à enclos », espace privatif dédié à la mémoire d’une personne ou d’une famille. Ces tombes à enclos de fonte ouvragée ou de pierre sculptée, portent toutes une stèle de pierre souvent richement décorée d’éléments sculptés de décors symboliques : du lierre (symbole de l’attachement), un bouquet de fleurs de pavot (la léthargie du sommeil éternel), des roses (pour dire l’amour et la vie), des fleurs de pensées (pour signifier que toutes mes pensées vont vers vous), etc.
Parfois le défunt lance un dernier message en gravant sur sa tombe les outils de sa profession ou bien sous la forme d’une épitaphe, petite phrase gravée empreinte de sagesse ou d’humanité par laquelle il nous fait le cadeau du réconfort et de la méditation.

Ce « jardin de pierres qui parlent » traduit aussi le ressenti d’une époque cultivée, éprise d’histoire et mêlant allègrement les genres dans un éclectisme des formes sculptées, ogivale, néo romane, néo-byzantine, hommage à l’antique avec pilastres et frontons. Les marbriers d’antan étaient souvent formés en sculpture classique. Des hommes de l’art et c’est à juste titre que l’on parle « d’art funéraire ».
Autrefois, les cimetières étaient nettement plus arborés qu’ils ne le sont aujourd’hui ; ces espaces dépendaient alors de la direction des Parcs et Jardins des villes et une inscription sur la maison face au grand portail d’entrée du cimetière de Saint-Cyr atteste encore que là vivait le jardinier du cimetière.

Groupe Cimetière
Commission Patrimoine et Culture.
Pourquoi ne pas faire une petite visite et retrouver lors de vos pérégrinations quelques-unes des stèles et monuments, témoins de cette riche histoire funéraire, lors des Journées Européennes du Patrimoine ou du Printemps des Cimetières, par exemple ?

A noter

Horaires d’ouverture : tous les jours de 8h00 à 18h00

Téléchargements

Glossaire Cimetière Montluc septembre 2016 PDF - 670.5 ko
Télécharger